BreakYourMind

Le responsable de la procrastination, c’est lui

Aujourd’hui je voudrais te raconter une histoire…

Ce matin, quand mon réveil a sonné, à 7 h j’ai eu un choix à faire…

Choisir entre rester au lit 10 minutes de plus, bien confortable, sous ma couette…

Ou choisir de me lever aussitôt, sans réfléchir et attaquer tout de suite mon sport du matin… donc forcement avec la difficulté et la transpiration qui vont avec…

Clairement, c’était le match « Plaisir » contre « Douleur »…

Et pourtant, je la connais très bien la raison pour laquelle je tiens absolument à faire mon sport…

C’est parce que je sais que ça va me donner l’énergie nécessaire pour ma journée….Je m’y suis habituée… Et ça me fait du bien…

Mais ce matin rien ! Aucune envie ! Mon lit a remporté la victoire ! 

Et des choix comme ça, toi aussi tu as dû en avoir souvent.. Choisir entre la facilité ou la difficulté.

Mais je sais qui est le responsable de tout ça….

C’est le cerveau !

Et oui ! Le petit coquin ! C’est lui qui par défaut, te fera chercher le plaisir plutôt que la douleur…

C’est lui qui te fera dire « oh c’est bon je ferai ça demain« , bien connu sous le nom de procrastination…

Mais j’ai une bonne nouvelle pour toi, ce n’est pas irréversible et tu peux guérir de ce fléau…

Rappelle-toi, procrastination = remettre à demain = inefficacité = frustration = douleur 

Donc, tu as plutôt interêt à le vaincre pour être efficace…

Voici quelques conseils :

  • Avant même de laisser la possibilité à ton cerveau de réfléchir, il faut passer à l’action… Je te donne un exemple…Le réveil sonne… Hop! Ni une ni deux il faut que tu sautes du lit… Il ne faut surtout pas que tu laisses le temps à ton cerveau de te dire « oooo allez… 5 minutes de plus, c’est rien !« 
  • Avoir des rituels quotidiens va entraîner ton cerveau à la répétition… Le cerveau, c’est comme un muscle qu’il faut nourrir tous les jours pour qu’il se renforce et se développe… Par exemple, mon rituel matinal sportif m’oblige à me dire « ton intention est de te donner de l’énergie, vas-y », ce qui fait que les jours où je ne le fais pas j’en ressens le manque.
  • Ton état d’esprit engendre le comportement que tu as envie d’avoirça s’appelle l’effet pygmalion. C’est-à-dire que l’opinion et l’image que tu as de toi va influencer la manière dont tu te perçois
    • Si tu te dis constamment « je cuisine vraiment mal« , alors il y a de grandes chances pour que tu rates très souvent tes plats.
    • Si en revanche tu te répètes tout le temps « je suis convaincu(e) que je peux perdre ces deux kilos », il y a de grandes chances pour que tu y arrives, car tu mettras tout en œuvre pour y arriver… Tu comprends le principe ? Donc si tu te dis que tu veux être efficace, tu vas y arriver…

Alors, si tu dois retenir une seule chose aujourd’hui je veux que ce soit ça : le cerveau est ce que tu as de plus puissant en toi ! Il peut te faire réussir ou te détruire…  Alors nourris-le, entraîne-le, utilise-le pour te conditionner et améliorer ton efficacité pour atteindre les objectifs que tu t’es fixé(e). 

Et si malgré ces conseils tu ne sais pas comment t’y prendre, n’hésite pas à me faire savoir si tu serais intéressé(e) par un coaching personnalisé. Je peux t’aider à construire un cadre qui ne te fera plus remettre les choses au lendemain. 

— Aurélia

J’écris une newsletter où je partage mes réflexions sur tout ce qui concerne l’optimisation du temps et l’efficacité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 17 =